vendredi 16 mai 2014

Les fleurs sauvages

Les fleurs sauvages aux détours des sentiers et chemins

 Parfois une rencontre inattendue d'une espèce rare

Parfois une plante familière qui observée avec plus d'attention dévoile des formes et des couleurs intenses

Parfois des qualités culinaires de certaines espèces


Cette page s'agrandira au cours des sorties et des découvertes 


Faites moi part de vos remarques et d'éventuelles omissions ou erreurs sur l'identification d'une espèce, merci.


Ces photos ont été prises en Dordogne le 7 avril 2014
L’alliaire officinale (Alliaria petoliata) ou herbe à ail a les qualités de l’ail avec douceur, elle dégage une légère odeur d’ail quand on froisse ses feuilles. En avril-mai, feuilles et fleurs crues et hachées nuancent agréablement les salades. 
Avant le XVIe siècle elle était cultivée et consommée crue ou cuite.


Ces photos ont été prises en Dordogne le 11 mai 2014
Le Silène fleur de coucou (Lychnis flos-cuculi) est une fleur qui pousse dans les milieux humides. le terme Fleur de coucou provient du fait que la plante fleurit lors de la période du chant du coucou.
Parfois il n'est pas rare de voir sur la tige une boule de mousse, il s'agit d'un insecte le Cercope qui extrait de la plante un suc qu'il transforme en mousse avec sa respiration.


Photos prises en Dordogne le 30 avril 2014
Le Compagnon blanc (Silene latifolia) a ses fleurs qui s'ouvrent la nuit à l'inverse du Compagnon rouge. Comme beaucoup d'autres Silènes, ses visiteurs habituels sont donc les papillons de nuit.
Il existe des pieds femelles et des pieds mâles, les fleurs du compagnon blanc bien épanouies le soir dégagent un parfum agréable. 


Photos prises en Dordogne le 11 mai 2014
Le Polygala commun (Polygala vulgaris) pousse sur sol calcaire il vient du latin poly, plusieurs, et gala, lait, depuis l'antiquité, selon la croyance populaire, les animaux qui le consomment produisent plus de lait.
Cette jolie petite fleur sauvage bleue, rose parfois blanche à une découpe particulière avec sa corolle bordée de franges.
La plante est utilisée en médecine dans le traitement de l'asthme et des bronchites.

Photos prises en Dordogne le 14 mai 2014 à coté l'Orchis bouffon
La spirée filipendule (Filipendula vulgaris) a des fleurs odorantes et décoratives jaunes crèmes formants de petites boules rouges avant floraison.
Les fleurs coupées servaient autrefois à parfumer les maisons.
Les racines de la filipendule sont terminées par des tubercules contenant du tanin et une substance productrice de salicylate nous avons affaire à une plante médicinale.


Photos prises en Dordogne le 11 mai 2014
La Sauge Commune (Salvia pratensis) en latin Salvus veut dire en bonne santé, nom qui lui est donné en raison de ses vertus médicinales. Les feuilles et les fleurs s'utilisent en infusion. Elle est digestive, apéritive, tonique.
Comme sa voisine (la sauge officinale cultivée en plante aromatique) c'est une plante culinaire on l'utilise dans les rôtis de porc, de veau, gratins de pommes de terre, comme condiment.


Photos prises en Dordogne le 11 mai 2014
Le trèfle champêtre (Trifolium campestre) est appelé aussi trèfle jaune, trèfle couché ou triboulet. Sa popularité de la recherche du fameux trèfle à quatre feuilles reste incontournable.
La fleur desséchée reste collée au fruit qui profite de ces ailes pour être emporté au loin par le vent.

Photos prises en Dordogne le 28 mars 2014
La lathrée clandestine (Lathraea clandestina) pousse dans les endroits de préférence humides, elle puise sa nourriture sur les racines des arbres grâce à des suçoirs, au même titre que le gui c'est une plante parasite.
La partie souterraine peut peser plusieurs kilos, les plantules développées à partir des graines mettront plus de huit ans avant de produire leurs premières fleurs.


Photos prises en Aveyron le 18 mai 2014
L'anémone pulsatille (Pulsatilla vulgaris) bénéficie d'une réglementation, cueillette et ramassage, dans plusieurs départements. Nous l'avons rencontrée en abondance, un champ d'anémone pulsatille à perte de vue, que du bonheur.
Cette fleur est toxique, bulbe, racines, tige et fleur comprises, elle contient des alcaloïdes très vénéneux 


Photos prises en Aveyron le 18 mai 2014
l'Aphyllanthe de Montpellier (Aphyllanthes monspeliensis) appelée aussi œillet bleu de Montpellier et plus couramment bragalou par les locaux. C'est l'une des plantes les plus caractéristiques des Causses, où elle fleurit abondamment, formant des touffes rappelant les joncs. Les fleurs sont bleues, rarement blanches.
Autrefois on faisait des brosses pour animaux avec les tiges.


Photos prises en Aveyron le 18 mai 2014
l'Hélianthème des Apennins (Helianthemum apenninum) est présente en quantité sur le Causse, ses pétales ressemblent à du papier froissé.


Photos prises en Aveyron le 18 mai 2014
l'Aster des Alpes (Aster Alpinus) a une belle couleur violette, surpris et heureux de la découvrir ici en assez bonne quantité

Photos prises en Aveyron le 18 mai 2014
Le Lin campanulé (Linum campanulatum) ou lin jaune est bien présent sur le Causse, belle plante d'un jaune d'or prononcé





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire